Pour une communication efficace et responsable

J'ai oublié mon mot de passe

Je crée mon code d'accès

Liste des entreprises adhérentes

  • Imprimer cette page
  • Recommander cette page

Lundi 20 novembre 2017

Chiffres et documents

AccueilChiffres et documentsChiffres clés > Marché Français de la PLV - Popai

Marché Français de la PLV - Popai

Des producteurs relativement pessimistes

Le Popai a publié les résultats de son étude sur le marché de la PLV menée annuellement par Harris Interactive et qui interroge les producteurs de PLV sur leur vision de l’avenir et leurs résultats de l’an passé.


L’estimation du chiffre d’affaires est stable : + 0,1 % par rapport à 2013. La perception de l’année à venir par les producteurs de PLV est plus pessimiste que l’année écoulée. Ils sont ainsi seulement 36 % à s’attendre à une "bonne" ou "plutôt bonne" année, alors qu’ils étaient 48 % à déclarer que l’année 2014 l’avait été. Le poids du marketing point de vente dans le chiffre d’affaires (CA) du producteur est jugé stable. Concernant la répartition du CA par secteur d’activité, le premier secteur reste "parfums, hygiène, beauté" (31 %, en augmentation de 6 points), puis "boissons, alimentation" (17 %), talonné par "santé, pharmacie" (13 %). Le développement durable reste une préoccupation forte, 88 % des entreprises déclarant le prendre en compte dans le mode d’organisation de leur entreprise, et ce toujours principalement par "conviction personnelle" (74 %) et "respect des exigences légales et réglementaires" (71 %).

juillet 2015



PLV : Un marché en recul de 6 %

Le secteur le plus friand de PLV est l’hygiène-beauté-santé, avec 41 % du volume global. 2012 a été marquée par le retour des matériaux papier et carton et l’arrivée du digital media.


L’étude* menée chaque année par Popai France (Association des professionnels du marketing au point de vente) fait apparaître une baisse de 6 % du marché français de la PLV et du marketing au point de vente, après deux années de forte augmentation (+ 16 % en 2011, + 12,5 % en 2010), s’établissant à 1,104 milliard d’euros. Pour les entreprises interrogées, cette situation est due à la conjonction de plusieurs facteurs : une concurrence très marquée, un marché fragile, des projets moins importants et une visibilité à très court terme. Le secteur d’activité le plus friand de matériels de PLV reste l’hygiène-beauté-santé, avec 41 % du volume global (contre 54 % en 2011), largement en tête devant le secteur boissons-alimentation, qui représente 18 % (vs 13 % en 2013), puis le secteur textile-mode-sports-accessoires, avec 10 % des volumes. L’année 2012 est par ailleurs marquée par le retour des matériaux papier et carton, qui représentent 37 % du total (vs 31 % en 2011), l’arrivée remarquée du digital media, avec d’ores et déjà 13 % des volumes (cet item n’était pas mesuré en 2011), au détriment des matières plastiques qui perdent 8 %, passant de 23 à 15 %. Depuis trois ans, la fabrication se maintient comme activité principale des entreprises interrogées (74 % de cette activité), même si elle connaît une baisse importante vs 2011 (83 %), suivie par la création et les études techniques (14 % contre 11 % en 2011) et la mise en place et l’installation (11 % vs 6 % en 2011). Par ailleurs, les entreprises interrogées ont toutes confirmé leur engagement en matière de développement durable et leur prise en compte de ce facteur dans leur mode d’organisation. Enfin, les entreprises du secteur sont moyennement optimistes pour l’avenir, seules 37 % d’entre elles envisageant un accroissement de leur chiffre d’affaires et 49 % une stabilité de celui-ci. Par ailleurs, la proportion d’entre elles prévoyant d’investir en 2013 est en baisse, passant de 75 % en 2012 à 64 % en 2013.

* Recueil online via un questionnaire auto-administré auprès d’entreprises de PLV (fabricants et éditeurs), adhérentes ou non à Popai France, en février 2013, complétée par l’interrogation d’un échantillon national représentatif de la population française, via l’omnibus Harris Interactive

mai 2013


PLV : un marché optimiste

2010 marque une progression de 12,5 %* du marché des investissements en PLV, qui s'établit à 1 035 milliards d'euros, une croissance bien supérieure à celle du marché des investissements publicitaires (+ 2,9 %).


Cette belle performance efface globalement les effets de la crise de 2008 et 2009. La PLV destinée au secteur hygiène-santé-beauté reprend une part de marché très élevée, avec 46 %** du volume global fabriqué et redevient, par là même, le principal soutien du marché. Les outils de marketing au point de vente destinés au secteur alimentation-boisson progressent fortement par rapport aux deux dernières années, pour représenter 18 % du CA total. Les matériels complexes (utilisant plusieurs matériaux) et les matériels en métal ont connu les plus fortes croissances, avec respectivement + 23 % et + 33 % (vs + 18 % et + 15 % en 2010). Par ailleurs, 48 % des professionnels de la PLV estiment avoir vécu une bonne ou plutôt bonne année 2010. Confiants en l'avenir, ils sont 72 % à envisager une augmentation de leur CA PLV en 2011. Pour mémoire, ils n'étaient que 20 % en 2010.

* France Pub-Irep
** étude menée par Sérého pour le compte du Popai, l'association des professionnels du marketing au point de vente, auprès de 470 individus identifiés

avril 2011


La PLV enfin mesurée


A l'instigation de l'UDA, qui encourage les supports hors-médias à mieux situer leur impact économique, l'association Popai France vient de publier une étude établissant de manière comparable avec l'étude France Pub le poids et la structure des entreprises de création et de production de PLV.


C'est le cabinet Sereho, qui intervient dans la réalisation de France Pub, qui a été chargé de conduire cette étude. 70 entreprises ont participé à la collecte des données et leur extrapolation a permis d'estimer à environ 150 le nombre d'entreprises intervenant sur ce secteur qui emploie 7 000 personnes (les agences-conseils en communication emploient environ 10 000 personnes). Cela représente un chiffre d'affaires de 880 millions d'euros pour le marché français, soit 2,8 % du total des dépenses de communication, ce qui situe le secteur entre la presse quotidienne régionale (783 millions d'euros) et la radio (986 millions d'euros), ou encore 17,8 % des dépenses de promotion au sein desquelles France Pub situait jusqu'à présent les opérations de communication lieu de vente.

avril 2006


Indice UDA-CRTM

Indicateurs UDA - CGRP TV

Haut de page

© UDA 2005 – 2015
Mentions légalesVie privée

Site réalisé par Smart Agence
Crédits