Pour une communication efficace et responsable

J'ai oublié mon mot de passe

Je crée mon code d'accès

Liste des entreprises adhérentes

  • Imprimer cette page
  • Recommander cette page

Lundi 20 novembre 2017

Chiffres et documents

AccueilChiffres et documentsChiffres clés > Evénementiel

Evénementiel

Evénementiel : pour les annonceurs, la confiance prime


Interrogés sur les critères fondamentaux de leur relation avec leurs agences d’événementiel, 56 % des annonceurs placent en premier la confiance, 18 % le relationnel et 14 % le prix.


L'ANAé (Association des agences de communication événementielle) vient de présenter les résultats de son premier baromètre réalisé par OpinionWay*. Ses enseignements principaux concernent le marché de la communication événementielle, les raisons pour lesquelles on fait appel à une agence événementielle et enfin la sélection desdites agences. On y apprend que 64 % des annonceurs investissent jusqu'à 24 % de leur budget global de communication (hors achat d'espace) dans les opérations événementielles. 66 % ont réalisé des opérations pour l'interne, 57 % pour le corporate, 49 % en BtoB et 35 % en BtoC. 57 % font appel à une agence événementielle pour gérer un événement, les raisons pour ne pas le faire étant des compétences internalisées (51 %) et des restrictions budgétaires (50 %). L'événementiel est jugé relativement central (3,1 sur une échelle de 1 à 5). 65 % des annonceurs mesurent l'efficacité de leurs événements, les critères d'efficacité étant principalement la cohérence/ compréhension du message (19 %), les retours et retombées médias (17 %), la satisfaction des clients (17 %) et le taux de participation/l'audience (17 %). La sélection d'une agence se fait via un appel d'offres (71 %) et/ou la poursuite d'une collaboration précédente (63 %). En moyenne, les agences ont répondu à 3,13 appels d'offres au cours des douze derniers mois. Enfin, interrogés sur les trois critères fondamentaux dans la relation avec leurs agences, 56 % des annonceurs placent en premier la confiance, 18 % le relationnel avec les équipes de l'agence et 14 % le prix. Au cumul, le prix et la confiance arrivent à égalité pour 82 % des annonceurs, ces critères étant aussi les premiers pour les agences.

* Questionnaire CAWI mené du 13 au 27 juin 2012, auprès de 150 répondants annonceurs menant des actions événementielles, 47 agences événementielles en miroir

octobre 2012


Evénementiel : Un marché stable

Le baromètre trimestriel flash* de l’ANAé (Association des agences de communication événementielle) donne le pouls du marché de l’événementiel. 


A  plus de 70 %, les agences et prestataires prévoient une évolution stable ou positive de leur marge brute. Les adhérents attribuent la note de 6,1 (sur une échelle de 10, excellent, à 1, très mauvais) à l’évaluation de la situation contextuelle, alors qu’elle était de 6,4 en octobre dernier. Le nombre d’appels d’offres est considéré comme stabilisé par 38 % des agences et prestataires, en progression pour 30 % et en diminution pour 25 %. L’appréciation des négociations est jugée quelque peu difficile (6,9 sur une échelle de 1, très facile, à 10, très dure), de même que l’appréciation des relations entre agences/ prestataires et annonceurs, qui est notée 7,3. 93 % des agences n’envisagent pas de licenciement dans les prochains mois et 70 % ne prévoient pas d’embauches. De fait, les effectifs restent stables en agence ainsi que chez les prestataires.

* Etude réalisée chaque trimestre par l’ANAé auprès de ses membres, agences et prestataires

mai 2013


Le marché se maintient


Selon l’ANAé, le chiffre d'affaires des agences d’événementiel a progressé de 8 % en un an. 83,5 % des événements sont commandités par des entreprises. 77 % des événements sont organisés en France.


L'ANAé (Association des agences de communication événementielle) vient d'annoncer les résultats de la 7e étude ANAé-Bedouk*. Cette étude a pour vocation de définir le volume d'activité des agences de communication événementielle, le poids économique et les principales tendances du marché, et de mesurer les évolutions de ce secteur. Pour 2010, l'association a recensé 420 agences (vs 635 en 2009) entrant dans le périmètre de l'étude. Le chiffre d'affaires à périmètre constant a progressé de 8 %, les résultats étant cependant variables d'une agence à l'autre. Par ailleurs, le chiffre d'affaires moyen par agence est estimé à 4,81 millions d'euros et le nombre de salariés moyen par agence à 16,5. En 2011, les structures sont pour une très grande part indépendantes et majoritairement fédérées (52 %). Le marché est porté principalement par les entreprises (elles commanditent 83,5 % des événements). L'événement interne représente 39 % des événements déclarés (+ 8 % vs 2010). En seconde position arrive l'événement entreprise/corporate (26 %). Les événements entre 50 et 500 personnes, représentant la moitié des événements, reculent au profit des événements de moins de 50 personnes (+ 8 %) et de plus de 500 personnes (+ 6 %). D'après les dirigeants d'agences, leurs clients sont moins nombreux à mettre de plus en plus d'agences en compétition pour une opération (- 6 %), ils définissent une stratégie événementielle claire sur l'année (+ 3 %) et sont de plus en plus demandeurs de moyens de mesures d'impact de leurs événements (+ 6 %). A noter également : 77 % des événements sont organisés en France, Paris Ile-de-France conservant largement la première place (58 %) devant la région PACA (15 %). Enfin, concernant les prévisions en matière de chiffre d'affaires pour 2012, les agences sont mitigées, prévoyant la stabilité pour 44 % d'entre elles (vs 35 % en 2011), la hausse pour 38 % (vs 54 % en 2011) et la baisse pour 16 % (vs 6,5 % en 2011).
  


*Enquête réalisée sur la base de données qualifiées et enrichies par sirétisation, pour les données économiques et juridiques des 420 agences en périmètre, et la participation de 101 agences à l'enquête en ligne qui se sont exprimées sur leur vision du marché


mars 2012

Événementiel : la reprise en 2011

L'ANAé, Association des agences de communication événementielle, vient de publier son 4e Baromètre flash*, qui permet de sentir les tendances du marché et de suivre son évolution.


Il confirme la reprise du marché de la communication événementielle, près de 50 % des agences de l'ANAé estimant que la situation du marché est plutôt bonne. Près de 75 % prévoient une augmentation de leur business en 2011, soit + 13,3 %. Le nombre de collaborateurs engagés est inférieur à celui de l'an dernier, mais 63 % des agences envisagent de recruter d'ici à l'automne 2011. Sur le chapitre des consultations, près de 60 % des agences ont répondu à un nombre plus important d'appels d'offres (+ 10,2 %). Concernant les types d'événements, les opérations de communication interne (conventions, séminaires…) confirment leur première place, devant les événements externes et surtout devant les voyages de motivation et les incentives, qui connaissent de faibles variations. Enfin, pour plus de 50 % des agences, les demandes comportant une dimension développement durable dans les projets restent équivalentes à ce qui a été observé début 2011. "Malgré des signes évidents de meilleure santé de l'activité, restons prudents", indique néanmoins Philippe Fournier, président de l'ANAé.


* étude réalisée entre le 8 et le 22 mars 2011 auprès de 40 agences de l'ANAé


 
 avril 2011

Evénementiel : Les agences optimistes sur la conjoncture

75 % des agences d’événementiel estiment que la situation du marché est plutôt bonne et 50 % prévoient une augmentation de leur business dans les prochains mois.


Dans son dernier baromètre flash*, l'ANAé (Association des agences de communication événementielle) s'intéresse à la façon dont ses adhérents perçoivent le marché et ses grandes tendances. Malgré la conjoncture, près de 75 % des agences estiment que la situation du marché est plutôt bonne. Près de 50 % prévoient une augmentation de leur business dans les prochains mois, avec une marge brute en augmentation de 3,9 % par rapport à 2010. Concernant les relations agences-annonceurs, elles sont estimées comme plus difficiles qu'en mars par 75 % des agences. Plus de 40 % d'entre elles ont répondu à un plus grand nombre d'appels d'offres. Pour 65 %, les délais de réponse au brief se raccourcissent de façon significative. Près de 40 % des compétitions mettent en moyenne 4,3 agences en concurrence. Quant à la compréhension par les annonceurs du mode de rémunération recommandé par les agences et basé sur leurs trois missions (conception, temps, industrie), elle reste encore inégale avec une notation de 6/10 par les dirigeants d'agence. Rappelons pour information que ce sujet est traité dans le Guide de la relation entre l'annonceur et l'agence-conseil en communication événementielle. La typologie des opérations par ailleurs ne varie guère. Depuis la rentrée, les opérations de communication interne (conventions, séminaires, etc.) confirment leur place de numéro un, devant les événements externes. Les voyages de motivation et les incentives connaissent une quasistabilité. A noter qu'en moyenne les agences de l'ANAé proposent une démarche éco-responsable sur près de 24 % de leurs projets.


  

  octobre 2011

Reprise du marché de l'événementiel

La sixième version de l'étude ANAé/Bedouk Meetings & Events Media* montre le retour à l'optimisme des agences-conseils en événementiel. Après une année 2009 marquée par la réduction de la taille des événements, 2010 a retrouvé des opérations plus ambitieuses. La part des événements réunissant entre 50 et 200 participants regagne sa place centrale (44 % des événements déclarés), celles des 200 à 500 revenant à 20 %. Le marché reste toujours centré sur les entreprises (83 % des événements déclarés, soit une hausse de 3 %), avec en tête les secteurs de la finance/banque/assurance (46,5 %) et de l'industrie (37 %). Les événements sont principalement de type entreprise/ corporate, suivi par les événements internes. Autre enseignement : plus que jamais, la France demeure au coeur de l'activité des agences, tant au niveau de l'origine des clients (89 % sont français) qu'en termes de destination pour l'organisation des manifestations (74 % sont organisées en France, dont 60 % en Ile-de-France). Pour 2011, la vision des professionnels est assez optimiste : 54 % des responsables d'agences estiment que leur chiffre d'affaires va augmenter. La tendance 2009/2010, qui a privilégié des événements moins ostentatoires, devrait se poursuivre, avec toutefois moins d'austérité, les entreprises ayant besoin de renouer avec des événements qui marquent les esprits, qui incarnent la reprise et ouvrent le champ des possibles pour l'avenir. Dans ce contexte, les agences sont conscientes qu'elles doivent redoubler d'efforts, démontrer leur capacité d'adaptation et d'innovation pour conserver le niveau de confiance des clients et regagner le statut de partenaire.

* Source : étude réalisée en collaboration avec Véronique Charpenet-Bouchard, cabinet indépendant de conseil en marketing et communication, auprès de 635 agences événementielles basées en France, créées avant le 1er janvier 2008 et ayant un chiffre d'affaires supérieur à 300 K€

mars 2011


Le marché de l’événementiel

L'ANAé (Association des agences de communication événementielle) et l'éditeur et organisateur de salons Bedouk viennent de reconduire l'étude lancée en 2006 sur le marché des agences de communication événementielle en France.


Cette étude porte sur les entreprises créées avant janvier 2004, basées en France, générant plus de 300 000 euros de chiffre d'affaires et qui réalisent plus de 50 % de celui-ci dans la communication événementielle (conseil/création/ conception ou mise en oeuvre opérationnelle). Quelques grands chiffres : un nombre constant d'agences (681 en 2006 contre 685 en 2005), un chiffre d'affaires en très légère hausse (+ 1,18 %) pour un nombre de salariés en légère baisse (- 4,8 %). Huit opérations sur dix sont commandées par des clients français et plus de huit événements sur dix sont organisés en France (dont plus de la moitié en Ile-de-France). Une agence événementielle réalise en moyenne 71 opérations par an. Les agences sont relativement optimistes quant à l'avenir : plus d'une agence sur deux (54 %) envisage une hausse de son chiffre d'affaires en 2007.

février 2007


Indice UDA-CRTM

Indicateurs UDA - CGRP TV

Haut de page

© UDA 2005 – 2015
Mentions légalesVie privée

Site réalisé par Smart Agence
Crédits