Pour une communication efficace et responsable

J'ai oublié mon mot de passe

Je crée mon code d'accès

Liste des entreprises adhérentes

  • Imprimer cette page
  • Recommander cette page

Lundi 20 novembre 2017

Chiffres et documents

AccueilChiffres et documentsChiffres clés > Etude Réputation

Etude Réputation

Trophées de la réputation : Danone couronné

Le 31 mars 2015, Syntec Conseil en relations publics et l'institut Viavoice décernaient, avec notamment le soutien de l'UDA, les Trophées de la réputation 2015, une réputation construite selon huit indicateurs (confiance, qualité des prestations, responsabilité environnementale, responsabilité sociétale, responsabilité sociale, présence internationale, perspectives d’avenir et tonalité sur internet) et selon huit publics (grand public, actionnaires, salariés, jeunes, militants de causes citoyennes, écologistes, journalistes et professionnels de la communication).
C'est Danone (devant Google et Nestlé) qui obtient cette récompense en 2015, avec un score de confiance de 69 % auprès du grand public, 72 % auprès des actionnaires, 68 % auprès des salariés, 70 % auprès des militants de causes citoyennes et le meilleur score de toutes les entreprises testées en termes de responsabilité sociétale (devant EDF et Yves Rocher). 71 % du grand public, 69 % des jeunes, 70 % des militants de causes citoyennes et 69 % des écologistes considèrent également que les produits Danone sont de grande qualité.
A noter que c'est Michelin qui arrive en tête pour la "Qualité des prestations" (devant Danone et Nestlé), Yves Rocher en matière de "Responsabilité environnementale" (devant Jardiland et Danone), EDF pour la "Responsabilité sociale" (devant Google et Yves Rocher).

avril 2015


Réputation : un risque majeur


Deloitte a réalisé l’étude Reputation at risk auprès de plus de 300 dirigeants à travers le monde. 87 % des dirigeants considèrent le risque de réputation comme le risque stratégique le plus important pour leur entreprise, 41 % reconnaissant qu’un événement nuisant à leur réputation peut avoir des conséquences sur le chiffre d’affaires de leur entreprise. 57 % envisagent de répondre aux risques de réputation en mettant en place des outils et des cellules de crise, mais seules 19 % des entreprises sont confiantes dans leurs compétences actuelles en matière de gestion de ces risques. Pour les dirigeants interrogés, les principaux facteurs de risques de réputation sont l’éthique et l’intégrité (55 %), devant les risques sanitaires et liés à la sécurité (45 %) et ceux liés aux produits et aux services (43 %). Les parties prenantes les plus importantes en termes de risque de réputation sont les clients (81 %), puis les instances de réglementation (73 %), les employés (68 %), les dirigeants (68 %) et les investisseurs (65 %). Les entreprises redoutent davantage les risques qui échappent à leur contrôle direct : les problèmes venant d'entreprises en amont et en aval de la chaîne de production (47 %), d'attaques de la concurrence (44 %) ou de catastrophes naturelles (44 %). Elles sont en revanche plus confiantes lorsque les risques semblent sous leur contrôle direct : réglementation (69 %), faute grave d’un salarié (68 %), faute grave d’un dirigeant (67 %).

Consulter l'étude complète

janvier 2015


Indice UDA-CRTM

Indicateurs UDA - CGRP TV

Haut de page

© UDA 2005 – 2015
Mentions légalesVie privée

Site réalisé par Smart Agence
Crédits