Pour une communication efficace et responsable

J'ai oublié mon mot de passe

Je crée mon code d'accès

Liste des entreprises adhérentes

  • Imprimer cette page
  • Recommander cette page

Vendredi 22 septembre 2017

Chiffres et documents

AccueilChiffres et documentsChiffres clés > Baromètre Trend observer - Ipsos

Baromètre Trend observer - Ipsos

L'âge du faire


Ipsos a présenté mi-décembre les grands enseignements de l'édition 2015 de son observatoire annuel de tendances Trend Observer. L'institut, observant le retour dans notre société de l'Homo faber, voit dans la période qui s'ouvre aujourd'hui un nouvel "âge du faire". Si la première moitié du XXe siècle fut celle du faire douloureux, l'avènement de l'électroménager et de l'automobile, puis de l'ordinateur et du digital, a conduit à une prise en charge toujours plus grande du faire par les machines, à tel point qu'aujourd'hui 60 % des Français expriment leur besoin de réaliser eux-mêmes des choses. De nombreux facteurs peuvent expliquer l'importance de ce besoin, qui s'inscrit dans une vision plus positive du futur et dont la croissance est favorisée par la facilité de diffusion et de partage des savoirs : face à la dématérialisation et à l'obsolescence programmée, la volonté de retrouver savoir-faire et durabilité et face à la crise, la volonté de ne plus gaspiller et de faire des économies. Ainsi les expériences et les occasions de faire se multiplient (partage de savoir-faire, repair cafés, tutoriels en ligne personnalisés…) et l'esprit de débrouille est de plus en plus perçu comme essentiel. Ces nouveaux "manufacturiers" se caractérisent notamment par leur volonté de changer les choses, d'expérimenter et de faire de nouvelles rencontres, mais aussi souvent par une sensibilité environnementale développée. Néanmoins, dans le même temps, naissent des courants paradoxaux, avec par exemple la montée de l'aspiration à ne rien faire et le triomphe de la société du divertissement. Face à ces tendances, Ipsos identifie cinq défis majeurs pour les marques : montrer (être transparentes et expliquer), partager (transmettre et former), coopérer (faire ensemble), être utiles et promouvoir un esprit de communauté.

janvier 2015


Trouver des solutions pour faire face à la crise


L'étude Trend Observer d'Ipsos identifie six types de solutions développées par les Français pour faire face à la crise. A la fois une volonté de positiver et des réflexes frileux devant un avenir inquiétant… Mais aussi un désir de produits porteurs de sens et de bien-être.


Plutôt que de se lamenter sur une crise qui n'en finit pas et parce qu'ils la perçoivent de plus en plus comme faisant partie de leur cadre de vie, beaucoup de nos concitoyens préfèrent chercher les solutions qui leur permettront de retrouver bien-être et liberté. L'étude Trend Observer d'Ipsos identifie six principaux types de solutions développées pour faire face à la crise.

Dédramatiser, pour garder le moral. Beaucoup de Français choisissent de "baisser la pression". Ils adoptent des comportements moins stricts dans des domaines où les contraintes n'avaient cessé de croître. En matière de régime alimentaire par exemple, ils apprennent à vivre avec quelques kilos en plus. En matière écologique, s'ils se sentent toujours "éco-responsables", ils sont moins catastrophistes quant à l'avenir de la planète.

Renforcer les solidarités familiales. Les parents n'hésitent plus à apporter des aides en tout genre à leurs enfants et les jeunes n'hésitent plus à prolonger la cohabitation avec leurs parents : désormais, un actif célibataire sur deux vit encore chez ses parents.

Acheter "de particulier à particulier". Les Français, plus interconnectés grâce à l'internet, font de plus en plus confiance aux autres : la moitié a déjà acheté ou vendu à d'autres particuliers via des sites d'annonces en ligne. De manière plus générale, ils se tournent plus facilement vers les autres pour leurs problèmes de la vie quotidienne.

Préférer ce qui est petit. Les grandes institutions et les grandes entreprises font peur et les consommateurs leur font moins confiance. Beaucoup privilégient les petits commerçants chez qui ils se sentent plus écoutés et mieux compris. En matière de solidarité, on préfère de plus en plus donner "de la main à la main" plutôt que de passer par une organisation caritative.

Redécouvrir les solutions du passé. L'idée que "les solutions les plus simples sont les meilleures" se répand et les Français déclarent volontiers "s'inspirer des valeurs du passé". Réutiliser de vieux objets en y ajoutant sa touche personnelle (vêtements, accessoires, meubles...), favoriser les produits du terroir, rechercher l'authenticité et la proximité sont autant de comportements qui progressent.

Se faire plaisir. Les consommateurs sont prêts, selon leurs moyens, à payer pour des produits porteurs de sens pour eux et le luxe continue de faire rêver. Malgré la crise, les différents segments intègrent cette quête : du low cost au premium, les offres de produits de qualité se renforcent.

L'étude Ipsos Trend Observer scrute chaque année les grandes tendances de notre société. Elle se veut une "plateforme d'inspiration pour les innovations de demain".
www.ipsos.fr

janvier 2013


La consommation "ajustée"


Les modes de consommation évoluent en permanence et la crise de 2008/2009 marque sans conteste un tournant dans cette évolution. Ipsos vient de rendre publiques les principales conclusions de son analyse des tendances mondiales de consommation, "Trend observer" 2010. Il en ressort que l'heure est aujourd'hui à la recherche d'un "ajustement" toujours plus fin entre besoins réels et consommation. Cette tendance, plus marquée depuis un an déjà, est renforcée à la fois par la conjoncture économique incertaine et par une prise de conscience croissante de la nécessité de consommer de manière plus responsable et plus durable et de lutter contre le gaspillage. Cette recherche "d'ajustement" s'exprime de multiples manières et les offres s'adaptent à ces nouvelles préoccupations.

Pour ajuster les prix, les consommateurs cherchent aujourd'hui à ne payer que ce qu'ils consomment voire, chaque fois que c'est possible, à préférer la location à l'achat, à se tourner vers les ventes “en vrac" ou encore à fréquenter les brocantes. De la même manière, afin d'ajuster les produits achetés aux besoins réels, de nombreuses marques proposent des possibilités de personnalisation de leurs offres et le "sur-mesure" connaît un nouvel engouement. Parallèlement on observe que, grâce aux nouvelles technologies, le consommateur est désormais en mesure d'ajuster l'espace qui l'entoure en paramétrant ses déplacements et en accédant à des offres réellement ciblées sur ses besoins. Pour Ipsos, cette tendance à la recherche d'ajustement devrait encore se renforcer dans les années à venir. Elle est en effet soutenue à la fois par les crises économique et écologique et par les nouvelles technologies qui favorisent la personnalisation. Pour les consommateurs, la volonté de posséder cède désormais la place à celle de maîtriser leur consommation.

décembre 2010


Trend Observer : 10 ans de tendance


L'Observatoire international des tendances émergentes d'Ipsos vient de fêter ses dix ans : l'occasion d'une rétrospective des tendances de société et de consommation au travers des trois grandes phases qui ont marqué la décennie 1997-2006. La période 1997-2001 fut celle de "l'euphorie technologique". Dans le sillage de l'expansion de la bulle internet, ces années sont celles du culte de l'interaction, de l'ouverture et de la rapidité, avec l'espoir d'accomplir un projet personnel. C'est l'avènement du matérialisme et des discours de réussite, l'affirmation du talent individuel. Dans ce contexte, le pouvoir de l'argent s'affiche sans culpabilité. L'effondrement de la bulle internet et les attentats du 11 septembre sonnent le coup d'arrêt de cette belle euphorie et laissent place à l'ère des peurs et des insécurités. Ce climat a généré à son tour trois courants majeurs : le réalisme ou l'hyper-réalisme, dans lequel le bonheur est pragmatique et réalisable et la réalité à affronter "telle qu'elle est", le néo-conservatisme par lequel l'individu se réfugie dans la nostalgie et se replie dans la tradition, avec la préférence du style rétro et l'affirmation des appartenances (nation, origine), et le courant de l'auto-illusion dans lequel l'individu tente d'oublier ses angoisses par une consommation excessive et compulsive : le luxe devient un exutoire et la déferlante de la régression ("kidding") s'impose. Depuis 2005, même si les peurs sont toujours là, nous sommes entrés dans l'ère de l'"ego casting". La technologie fait son retour et permet désormais de faire venir le monde à soi selon ses envies. Nous sommes résolument entrés dans l'ère du web 2.0, où l'individu reprend le pouvoir sur l'image et le son et où les technologies redeviennent le coeur du mouvement social. http://www.ipsos.fr

janvier 2007


Indice UDA-CRTM

Indicateurs UDA - CGRP TV

Haut de page

© UDA 2005 – 2015
Mentions légalesVie privée

Site réalisé par Smart Agence
Crédits