Pour une communication efficace et responsable

J'ai oublié mon mot de passe

Je crée mon code d'accès

Liste des entreprises adhérentes

  • Imprimer cette page
  • Recommander cette page

Vendredi 22 septembre 2017

Chiffres et documents

AccueilChiffres et documentsChiffres clés > Baromètre de la confiance

Baromètre de la confiance

La confiance en berne


"Trust Barometer 2012", mesure internationale de la confiance dans les institutions a été menée en novembre 2011 dans 25 pays, auprès de 30 000 répondants. Dont 1 200 répondants pour la France, 200 leaders d'opinion et un échantillon représentatif de 1 000 Français. Le constat est sans appel : entre 2011 (qui avait vu une remontée générale de la confiance) et 2012, la chute est rude et généralisée. L'indice de confiance global est passé de 55 % à 51 %, le nombre de pays ayant un indice inférieur à 50 ayant été multiplié par deux en un an. L'indice de confiance de la France a perdu 10 points d'un coup. Même en baisse, les ONG restent, dans le monde, celles qui inspirent le plus confiance (54 % vs 59 % en 2011), l'entreprise passe de 53 % à 47 %, mais ce sont les gouvernements qui souffrent le plus, chutant de 49 % à 38 %. En France, hormis pour les ONG (qui passent de 56 % à 53 %), la chute est spectaculaire pour les entreprises (de 49 % à 25 %), les médias (de 46 % à 37 %), le gouvernement (de 56 % à 30 %). Les secteurs d'activité qui inspirent le plus confiance en France, même s'ils sont tous en baisse, restent la technologie, les télécoms et l'automobile. Ceux qui inspirent le moins confiance sont la banque et les services financiers. Les médias les plus crédibles en matière d'informations sur les entreprises sont les médias traditionnels et les médias online. Les médias corporate (rapport annuel, journal interne, blog…) et les médias sociaux ont des scores faibles, mais sont en hausse. Pour restaurer la confiance, il faut réduire l'écart aujourd'hui énorme entre les attentes et le niveau de satisfaction : par exemple, en France, 61 % des Français pensent que les entreprises doivent bien traiter leurs employés, un souhait satisfait pour seulement 17 %. De même, 63 % attendent du gouvernement un bon management des affaires financières, mais l'indice de satisfaction n'est que de 13 %. Le Canada et la Suède sont deux pays où la société civile, le gouvernement et les entreprises semblent en paix.

Depuis 2008, les confiances dans le gouvernement et dans les entreprises vont de pair, baissant et remontant de concert. Et pour les entreprises, il est clair que la RSE ne résout pas la question de la crédibilité. Seules les entreprises qui semblent "du côté du client" ont une meilleure image.

mars 2012



La fin de la confiance ?


Selon l'étude Trust & Purpose, réalisée par Burson-Marsteller auprès de 3 161 Européens dans 14 des pays de l'Union, la perte de confiance dans les institutions et dans les entreprises était déjà abyssale. Le taux de confiance dans les gouvernements était en recul de 51 % en moyenne : - 46 % en France, mais - 84 % au Portugal, - 78 % en Grèce, - 77 % en Espagne. La confiance dans les multinationales baisse de 38 %... mais augmente de 21 % à l'égard des PME. Pire, six Européens et sept Français sur dix pensent que "les entreprises et leurs porte-parole sont malhonnêtes et que la plupart des communications des entreprises sont des mensonges". Pour renverser la vapeur, 68 % des Européens et 84 % des Français estiment que les entreprises devraient donner du sens ("purpose") à leur action et être plus honnêtes. 79 % se déclarent d'ailleurs prêts à payer plus cher des produits fournis et fabriqués de façon responsable. A noter qu'en France, bien traiter ses collaborateurs et avoir un comportement éthique sont plus importants que dans les autres pays d'Europe.

octobre 2011


Indice UDA-CRTM

Indicateurs UDA - CGRP TV

Haut de page

© UDA 2005 – 2015
Mentions légalesVie privée

Site réalisé par Smart Agence
Crédits